Sur la Voie du Baztan, après Arizkun


Je m'arrête devant un pré récemment  fauché. L'herbe n'est ni sèche ni mouillée. Je me surprends à fermer  les yeux comme pour  mieux appréhender la sensation tactile. Période de transition durant laquelle ce qui était n'est pas encore ce qui sera ... Etat subtil du devenir ... Perception sublimée du moment présent ... Entre fraîcheur et chaleur, je sens le vent, le soleil et le brouillard.


Aller à la liste des chemins